Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 23:12

Mon cher Philippe,

 

Je sais que cela fait six mois que tu nous as prévenus,

mais je pensais avoir

encore un peu de temps

pour te dire aurevoir.

J'allais prendre un train,

venir à Strasbourg,

et choper un dernier sourire du frangin qui s'en va.

Ce n'est pas grave, j'en ai plein.

J'ai plein de tes éclats de rire, un peu en douce, un peu retenu,

ta grande bouche toujours fendue,

tes épaules secouées,

et tes yeux qui pétillent.

Je garde en moi tes sourciles froncés

et tes grands étonnements

devant la bêtise, la violence, le côté de la force qui n'a pas de coeur.

Je prends modèle de l'honnêteté que tu as mise dans ton oeuvre.

Aimant, aimé, joyeux, libre et créateur - tu es reparti un peu tôt mais tu ne t'es pas mouché du pied.

Je suis heureuse d'avoir fait partie de ton histoire et je t'en remercie.

Ne t'inquiète pas (mais ce n'est pas ton genre), nous sommes nombreux qui seront là pour les amours de ta vie.

Et si tu vois un plan à faire là où tu es, tu as mon numéro.

Que la mort te soit douce.

Bien à toi.

Partager cet article

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 3
commenter cet article

commentaires

La capitaine sensible 30/06/2014 17:51

ça faisait bien un mois que je ne lisais plus tes cartes postales, comme rien d'ailleurs.
Tu as été surprise que je ne sache quand on s'est croisée pour une odyssée!
J'aime cette carte postale, cette correspondance que l'on continue toujours avec ceux qu'on aime, et surtout pour ceux qui ne tirent pas leur révérence!
La vie de factrice et facteur à donc encore de l'avenir...
Merci Machapacante