Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 23:05

Mes chers Lectriceurs,

 

J'ai bien écrit cette carte postale, la trois cent soixante cinquième, au jour dit, à l'heure habituelle, mais je ne l'ai pas envoyée.

Je la réserve pour l'édition papier de ce journal, parce que dans un livre il y a toujours quelque chose de plus.

Grands mercis pour m'avoir suivie et accompagnée dans ce projet abouti, dans ce voyage quotidien.

Je vous ai écrit, chaque jour. Pendant une année entière cette carte postale fût la dernière chose que je fis avant de dormir. Quelles que soient l'heure ou les circonstances.

C'était parfois difficile de trouver les mots justes, la bonne mesure de l'intime et du partage, passer au delà (ou pas) de la fatigue ou de l'humeur du jour. Mais cela a, sans faillir, toujours débouché sur un moment de plaisir.

Prenez-bien soin de vous et que la vie vous soit douce.

 

HD

 

PS. Une troisième saison mûrit,  on ne sait rien encore. Peut-être dans quelques jours...

(Possibilité de s'inscrire à la news letter (colonne de droite) pour en être averti)

 

PS.Bis : Pour commander le livre.

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 22:51

Mon cher Narcisse,

 

Une petite carte du Campement où les papillons dansent dans la prairie comme s'il n'allait plus jamais faire froid.

La marmaille et Bingo sont à la mer, Einstein a repris sa route, la maison est silencieuse, même John Pantoufle vadrouille ailleurs. M'en fiche, Frangine arrive demain.

Petite visite à Paul Emploi, tel un vieux couple nous ne pouvons plus faire grand-chose l'un pour l'autre.

Un service à rendre à mon fils le Taquin, parachutage dans la zone commerciale de Vitrolles. J'erre entre les bâtiments, les entrepôts, les hangars, soudain immobilisée par un vol de martinets et un tonitruant coucher de soleil.

Longue conversation de femmes avec Blondie au téléphone, à propos du concept de  "l'homme du reste de ma vie", à se dire que l'on ne fera plus les malignes, à parler de la tristesse, des coeurs abimés, des ailes brûlées - elle ne sait même pas comment nommer son chagrin. Puis se dire l'infini des possibles et comme l'aventure est passionnante. Retenir un mot, celui sur lequel on se quitte, une affaire à suivre : la bienveillance.

Prends soin de toi, fais-toi la vie douce - jusqu'ici tout va bien. 

 

Femme de Lune et de Sagesse, pénultième.

 

P.S. Sauvée de justesse ! La veille de la fin ! Merci Claudy.  Ce soir il n'y aura pas comme les 363 jours précédents (moins les duos) une faute d'orthographe dans cette carte postale.

 

P.S. bis. Ce P.S. ne voudra rien dire dans la version papier (la faute démasquée aura été corrigée).

 

P.S. ter. Toi qui t'y connais si bien, n'es-tu pas bluffé par ma maîtrise de la mise en abyme ?

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 23:16

Mes chers Simon et Jude,

 

Une petite carte du Campement où les oliviers affichent leurs précieuses olives comme des perles de pays. Le Paysan fabrique son vin, dans la vigne derrière la maison ont surgi des bonbonnes pleines d'élixir. Les agasses tournent autour de ces fortunes de rois du monde.

Une pensée tendre pour Capitaine Sensible en train de vivre le douloureux ordre des choses.

Autour de la table ronde, suite à une question du Caganis, on discute d'épitaphes, nous prenons officiellement note de celle de Coloc Bingo : A plus dans l'bus !

Dans les conversations de la nuit, apprendre que les ondes radio vont au-delà de notre galaxie. Dans une autre vie, je serai une onde radio.

Au courrier ce matin, un mail adressé à Lady Day. Celle-ci aussi me plaît, mais nous sommes déjà si nombreuses dans ma tête.

Parfois il n'y a pas vraiment de mots qui collent à ce que l'on vit, on prend la route dans un sens puis dans l'autre, on se trace un chemin dans le chaos. Le meilleur c'est lorsqu'on se fiche des mots. Lorsqu' on se contente du charme.

Prenez soin de vous, faites-vous la vie douce - jusqu'ici tout va bien. 

 

Femme de Lune et de Sagesse, en modulation de fréquence.

 

P.S. Puisqu'on en parle, une loi vient d'être votée concernant les cendres des défunts. On n'a plus de droit de conserver une urne dans une propriété privée. Cela ne m'empêchera pas de dormir mais je souhaiterais vivement que l'on m'explique pourquoi. 

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 23:07

Ma chère Emeline,

 

Une petite carte du Campement, le monde ralenti d'un dimanche d'automne, où l'on regarde l'heure au soleil

Retour de la marmaille, la maison sourit.

L'Extraterrestre appelle la minette John Pantoufle, elle ne le prend pas trop mal, ils ont l'air de se comprendre tous les deux. Elle même, en y regardant bien, ne semble pas très terrestre.

Il cite Einstein, je trouve que ce surnom lui irait bien. En plus, ça lui apprendra - commente John Pantoufle (je le lis dans ses yeux).

Avec Blondie au téléphone, au sujet de tout ce que nous portons et qui ne nous appartient pas.

Einstein et moi, à parler encore, de jour et de nuit, les 3/8 de la parole. Conversations à propos de la façon dont notre génération s'est pris l'avenir en pleine face, de la façon d'être le moteur de ce que l'on vit, des prénoms que l'on donne aux enfants, des explosions combinatoires, de la relation entre les mathématiques et la poésie, des parenthèses qui doivent bien se refermer - un jour ou l'autre.

Prend soin de toi, fais-toi la vie douce - jusqu'ici tout va bien. 

 

Femme de Lune et de Sagesse, relative.

 

P.S. Ce n'est pas tout à fait un jour parfait, qui pouvait penser que Lou Reed était mortel ?

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 02:27

Mon Cher Dimitri,

 

Une petite carte de la place de l'Hôtel de Ville de Manosque, plus précisément de la terrasse du café de la place, où déambulent, encore pieds nus dans leurs sandales, des touristes d'arrière saison. Un homme sentant la bière, maladroit vertical, m'explique son amour de père, tandis que son petit démon en couleurs fluos chamboule toute la place.

Petit tour de la création locale au Let's go vidéo de Dam au cinéma de Vinon, cela se termine au bord du Verdon, au soleil, à attendre le décollage d'un drone équipé de caméras. Dans la famille des rois du monde, on a demandé les cinéphiles.

Une tablée idem familiale chez la frangine de Bingo, rigolades avec toute la marmaille. Dans une conversation à propos des pollutions et des injustices de santé, l'aînée de Coloc (Jean Seberg) nous fait encore rire à expliquer que l'oxygène est un poison, il tue en moins de cent ans.

La route, la musique, la nuit, parler avec l'Extraterrestre de ce qui n'est pas dans le journal.

Au retour, trois heures du matin - enfin deux, on se comprend, visite surprise du Boucher du Luberon en fête d'anniversaire chez les voisins saxo, comme si on n'avait pas assez rigolé aujourd'hui.

Prend soin de toi, fais-toi la vie douce - jusqu'ici tout va bien. 

 

Femme de Lune et de Sagesse, à points.

 

P.S. En Arabie Saoudite, des femmes prennent le volant pour défendre leur droit de conduire. On voudrait tellement les soutenir, les remercier.

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 22:32

Mon cher Crépin,

 

Une petite carte de Marseille, soleil d'automne, mer scintillante, un dromadaire bleu sur le vieux port, un éléphant devant la mairie, la compagnie d'un Extra terrestre - le monde est à sa place.

Visite chez l'imprimeur de la version papier de ce journal. Une imprimerie familiale, éthique, accueillante, ambiance de rois du monde. Pas mieux.

A la terrasse d'un café phocéen, on rigole de rencontrer Gainsb par hasard.

Puis à Tuisper visite à Isa-la-belle, retrouver frangins, frangines, de ceux que l'on côtoie depuis la jeunesse, on ne se voit pas souvent, on se croise ainsi de temps en temps, on s'échange des amitiés de survivants. L'âge nous apprend à ne pas lésiner sur la tendresse.

La route, la musique, conversation autour d'un regard, de ceux qui créent les univers.

Prend soin de toi, fais-toi la vie douce - jusqu'ici tout va bien. 

 

Femme de Lune et de Sagesse, parachutée.

 

P.S. Filleule-de-l'amour écrit sur les murs des poésies de vivants :  J'atterris un peu partout à chaque seconde.

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 19:23

Mon cher Florentin,

 

Une petite carte du Campement qui, le vent tombé, paresse au soleil.

Jouer au trivial pursuit famille avec la marmaille de Bingo, apprendre des informations essentielles : le Mc Donald de Hong Kong accueille les mariages, un trichologue étudie les cheveux. La poésie du Caganis fait déboucher les caniveaux dans la mer.

Ecouter Thiéfaine à l'heure qui lui va, Les dingues et les paumés au milieu de la nuit.

Songer comment, parfois, la vie vous esquinte.

S'emberlucoquer à la faire rire.

Il paraît que l'on perd avec l'âge la vision de l'horizon. Parlez pour vous. Tout est une histoire d'angle de vue.

Prend soin de toi, fais-toi la vie douce - jusqu'ici tout va bien. 

 

Femme de Lune et de Sagesse, emmétrope

 

P.S. D'une lecture en cours :  Pour une raison que je ne m'explique pas, l'immense majorité des gens ne conçoit pas l'utilité de la poésie. Il est dérisoire dans ces conditions d'aller leur expliquer que sans elle le monde court à sa perte. (Isabelle Jarry)

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 00:58

Mon cher Jean de Capistran,

 

Une petite carte de Manosque, ville déserte dans la nuit, des murs de pierre dans la lumière des réverbères, fumer une cigarette sur une petite place à fontaine, le fond de l'air est velouté. Et les rois du monde en promenade.

Flore a conjuré le sort de Yogi-les-bons-tuyaux, il n'a pas précisé l'amplitude temporelle de sa malédiction. Dixit Flore il s'agit de 365 jours de pluie sur le Campement mais sur mille ans. Soudain, le soleil dans l'après-midi.

Séance de travail avec Flore, chacune sur son texte. La présence de l'autre débloque une situation dans chacun des livres. Ne pas chercher à comprendre comment cela fonctionne, remercier seulement.

L'Extraterrestre et moi, à parler toujours, il dit que la vie est une partie de Mikado. Il dit cela parce qu'il a touché une baguette qui a bougé toutes les autres. Parfois, la vie est une partie de Mikado.

Où l'on apprend à 4h06 du matin l'existence du verbe métaphysiquer.

Prend soin de toi, fais-toi la vie douce - jusqu'ici tout va bien. 

 

Femme de Lune et de Sagesse, matutinale

 

P.S. Murmure de mur, la peur tue l'esprit : Les extrémistes ont montré ce qu'ils craignaient le plus : une fille avec un livre. (Malala Youzafzai)

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 18:04

Ma chère Elodie,

 

Une petite carte de Tuisper au lever, entre l'aller et le retour des variantes de bleu, des nuages aussi blancs que les nuits.

La marmaille de Coloc Bingo est arrivée, la maison se réjouit,  elle virevolte, danse, papillonne, joue aux aventuriers du rail.

Yogi-les-bons-tuyaux est jaloux de ma démonstration magistrale de mise en abyme, sa malédiction est laconique : 365 jours de pluie sur la Provence. Son courroux semble s'apaiser au mail suivant : Rectification : inutile de punir toute la Provence : 365 jours de pluie sur le Campement.

Rigolade à propos des rois du monde qui ne vont pas aux escargots. Les escargots viennent à eux.

Parler le jour, parler la nuit, au sujet des infinis dénombrables, des oxymores mathématiques, de la vie et ses équations, ses parenthèses.

Sortie de contexte : C'est quoi cet oiseau ? C'est une baleine. 

Prend soin de toi, fais-toi la vie douce - jusqu'ici tout va bien. 

 

Femme de Lune et de Sagesse, sur canapé.

 

P.S.Murmure de mur, est-ce que tu m'aimes :   La réponse est le malheur de la question. (Maurice Blanchot)

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 22:25

Ma chère Céline,

 

Une petite carte du Campement au soleil, portes et fenêtres ouvertes, visite de papillons. Ginsberg revient squatter le canapé. Un chien perdu attend ses parents à l'entrée.

Yogi-les-bons-tuyaux m'a envoyé son livre, il m'avait prévenue par mail qu'il avait oublié d'affranchir l'enveloppe, mon aimable facteur l'a simplement déposée dans ma boîte aux lettres. Yogi m'avait écrit de ne pas en parler dans mon blog.

Je parle dans mon blog du fait qu'il ne voulait pas que j'en parle dans mon blog - je maîtrise la mise en abyme.

Parler tout le jour avec l'Extraterrestre. L'ambiance des vingt ans, boire thés et cafés, fumer, rigoler. Je ralentis son monde, il téléporte le mien. On parle de ma bouilloire rancunière, de l'opération du Saint Esprit, des hommes et des femmes. De la considération du jour : qui dit réaction au lieu de réflexion dit dommages collatéraux. Par exemple.

Conversation au téléphone avec Sunshine, elle passe un moment difficile, je l'invite expressément à venir quelques jours, on rigole quand Bingo dit qu'on ne peut pas accueillir tous les extra terrestres du monde.

Prend soin de toi, fais-toi la vie douce - jusqu'ici tout va bien. 

 

Femme de Lune et de Sagesse, et vice versa

 

P.S. Murmure de mur, déçudelagauche : Quand on rétablira l'esclavage, le PS et la CFDT négocieront le poids des chaînes.

Repost 0
Published by helene.dassavray.over-blog.com - dans Journal aléatoire saison 2
commenter cet article